Les nouvelles réglementations: Un mal pour un bien pour les banques privées suisses

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les années post-crise financière ont été marquées par un accroissement des régulations bancaires, faisant craindre des temps difficiles au secteur. A cela s’est ajoutée une pression internationale accrue en termes de transparence et d’échange d’information pour lutter contre l’évasion fiscale. Le secteur bancaire suisse, qui se trouvait particulièrement dans le collimateur, pourrait bien sortir renforcé de cette évolution. C’est en tous cas ce que suggère une étude menée par le cabinet KPMG Suisse.

L’enquête « - Turning Regulation into Value » révèle que « la mise en place des réglementations internationales améliore la réputation de la Suisse et contribue à sa reconnaissance en tant que place financière assainie. »

Les investisseurs se montraient, en effet, prudents avant de confier leur épargne du fait des incertitudes face aux évolutions en cours. Pour les banques privées suisses, dont la principale activité est la gestion de fortune, une réputation de stabilité et de fiabilité est donc essentielle pour attirer les capitaux des clients fortunés à l’international.

Les exemples ne manquent pas pour illustrer les conclusions du rapport de KPMG. Les banques suisses sont toujours au premier rang mondial en matière de gestion de fortune des particuliers, et suscitent en conséquence l’intérêt d’autres acteurs de la filière, attirés par les marchés qu’ouvrent l’accès à la place financière suisse.

La Banque Pasche, institution du paysage bancaire genevois, avait, par exemple, créé quelques surprises en se séparant de ces succursales du Liechtenstein et des Bahamas au profit de la Banque Havilland, gestionnaire de fortune basé au Luxembourg. Mais que les Suisses se rassurent: L’avenir du secteur le plus important de leur économie semble serein.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »